Chroniques hivernales dans le Massif central

12 septembre 2022

Bilan de l'hiver 2021-22 (version complète)

Bonjour,

Le bilan présenté est provisoire en attendant la fonte des derniers névés.

 

Bilan de l'enneigement 2021-22 dans le Massif central

Remarques méthodologiques introductives - Les valeurs "normales" citées sont calculées sur la période de 30 ans qui s'étend de 1990-91 à 2019-20, sauf indication contraire. Par ailleurs, "l'hiver" correspond ici au semestre froid, c'est-à-dire à la période comprise entre le 1er novembre et le 30 avril.

 

L'hiver 2021-22 est globalement très doux, dans la continuité des trois hivers précédents, comme le montre le graphique de Marcenat dans le Cézallier ci-dessous. A l'échelle mensuelle, seul novembre dont les valeurs sont proches des normales échappe à la douceur.

 

Les précipitations de l'hiver 2021-22 sont globalement très déficitaires (carte ci-dessous). C'est le cas en particulier des zones internes du Massif central, des monts de la Margeride (< 300 mm), des monts du Livradois et du Forez (< 400 mm), ainsi que des monts d'Aubrac (< 500 mm). Le coeur du Cantal et des monts Dore enregistre des valeurs proches des normales (> 1000 mm). A l'échelle mensuelle tous les mois sont déficitaires, sauf décembre dans les monts d'Auvergne et mars sur la bordure orientale.

Carte_Précip

 

Malgré la faiblesse des précipitations, l'enneigement 2021-22 est proche des normales dans le nord du Massif central, légèrement excédentaire dans la partie sud-est et déficitaire dans la partie sud-ouest (carte ci-dessous).

Carte_Neige

 

Dans la partie nord, les chutes de neige début décembre et début janvier ont été suivies de conditions anticycloniques favorables au maintien de la neige au sol dans la durée (graphique de Saint-Anthème dans les monts du Forez ci-dessous). On dénombre ainsi 60 à 75 jours de neige au sol en général entre 1000 et 1200 m d'altitude, 90 à 105 jours entre 1200 et 1400 m.

 

C'est plus haut en altitude que la faiblesse des précipitations se traduit par la faiblesse des niveaux d'enneigement. Le graphique ci-dessous illustre la position de l'hiver 2021-22 par rapport aux hivers antérieurs, à 1700 m, dans les monts Dore. Avec 170 jours de neige au sol et des épaisseurs médianes proches du mètre, 2021-22 apparaît comme un hiver déficitaire.

 

Sur la bordure orientale, l'enneigement est moins long (30 à 65 jours de neige au sol entre 1000 et 1400 m), mais les épisodes neigeux méditerranéens tardifs du printemps permettent d'atteindre des épaisseurs maximales supérieures à 50 cm (graphique de Saint-Agrève ci-dessous).

 

L'hiver 2021-22 en images via ce lien.

Ca_2022_01_26_010a

 

Suivi des névés 2022 dans les monts Dore

Phase d’alimentation (novembre – mars)

La douceur des températures et le déficit pluviométrique marqué dans la seconde partie de l'hiver expliquent la faiblesse des niveaux d'enneigement en 2021-22. En effet, les épaisseurs maximales du manteau neigeux sont modestes: elles varient entre 70 et 140 cm sur les trois sites de mesure, entre 1300 et 1700 m d'altitude (tableau ci-dessous), soit un déficit de 20 à 50 cm par rapport aux moyennes 2005-20. Enfin, les maximums d'enneigement sont très précoces puisqu'ils sont atteints dès le début du mois de décembre.

Enneigement en phase d’alimentation

Sources Météo-France et données personnelles

 

Mont-Dore – 1300 m

Mont-Dore – 1500 m

Mont-Dore – 1700 m

Comparaison avec 2005-20

Épaisseurs maximales

70 cm

75 cm

140 cm

Faible

Date des maximums

11/12

11/12

11/12

Très précoce

 

Phase de fonte (avril – juin)

Les températures observées pendant la phase de fonte sont très douces. Elles varient entre 12,4°C au bourg du Mont-Dore et 8,1°C à 1660 m d'altitude (tableau ci-dessous). A l'échelle mensuelle, tous les mois sont doux, en particulier mai, le plus doux enregistré depuis le début des relevés en 1991 dans les trois postes témoins. Au final, le printemps 2022 est le plus doux de la période 2005-2020. Il peut ainsi être qualifié de très doux, quelle que soit la période de référence.

Températures en phase de fonte (avril - juin)

Sources Météo-France et Infoclimat

 

MD - 1030 m

MD 1200 m

MD 1660 m

Températures moyennes en 2022 (°C)

12,4

11,6

8,1

Analyse comparative

Périodes de référence

1961-90

1991-2020

2005-2020

Le printemps 2022 comparé aux périodes de référence

Très doux

Très doux

Très doux

 

Dans ces conditions, la fonte des névés est très précoce. Sur les 9 sites d'observation retenus par la Réserve Naturelle de Chastreix-Sancy, les dernières plaques de neige disparaissent en moyenne au début du mois de juin. C'est également le cas du névé du val d'Enfer (photo ci-dessous - 1er juin 2022), ce qui constitue les valeurs les plus précoces enregistrées depuis le début des observations.

 

Synthèse

- Un faible stock neigeux en raison des faibles chutes de neige depuis janvier.
- Une fonte accélérée suite à un printemps très doux (le plus doux sur la période étudiée).
- Une disparition très précoce des dernières plaques de neige (record de précocité sur la période étudiée).

L'enneigement 2021-22 dans les autres secteurs de montagne

Dans les autres secteurs de montagne, l'enneigement est également globalement déficitaire. C'est le cas en particulier dans les Alpes du sud et les Alpes internes (Mercantour, Queyras, Vanoise, etc.) ou en Corse. Par exemple à Millefonts (2430 m - Mercantour), au Parpaillon (2545m), à Restefond (2550 m - Ubaye), au col Agnel (2630 m - Queyras), les hauteurs maximales restent inférieures au mètre. De plus, la fonte est très précoce. Par exemple à Bellecôte (3000 m - Vanoise), il faut remonter à 2003 pour observer une fonte aussi précoce fin juin, au col Agnel, il faut remonter à mai 2007. En revanche, les valeurs se rapprochent des normales dans les Pyrénées.

 

A bientôt pour les premières neiges dans le Massif central

Posté par Adm_Fred à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2022

Bulletin du 21 avril 2022

Bonjour,

La fonte s'accélère sur les sommets du Massif central comme le montre la photo du jour des couloirs du Mont-Dore:

 

Il reste seulement 35 cm au jalon à 1700 m sous le puy Ferrand, une valeur observée généralement vers le 11 mai:

Avant de proposer un bilan plus complet, la courbe d'enneigement 2021-22 ci-dessus permet de dessiner les tendances de l'hiver, avec un enneigement abondant en décembre qui a permis, à cette altitude, de constituer une réserve pour les mois suivants, durant lesquels les apports neigeux sont restés modestes.

 

Dans les autres secteurs de montagne, l'enneigement est désormais déficitaire dans la majeure partie des Alpes. Comme depuis le début de la saison, le déficit est très marqué dans les Alpes du sud (cf graphique Millefonts dans le Mercantour à 2430 m ci-dessous).

 

A l'inverse, en haute montagne pyrénéenne, les chutes de neige en cours alimentent un manteau neigeux dont l'épaisseur est proche des normales, voire excédentaire (cf graphique Soum Couy dans les Pyrénées atlantiques ci-dessous):

 

Comme toujours, l'ensemble des graphiques climatiques est disponible sur la carte interactive.

 

D'après les modèles météos, à la faveur d'un refroidissement temporaire, des chutes de neige sont envisagées ce WE sur les sommets du MC, surtout dans sa partie sud. A suivre...

 

La disparition précoce de la neige signe la fin des bulletins d'enneigement réguliers (décadaires) sur ce blog. Les bulletins des prochaines semaines seront consacrés au bilan de l'hiver 2021-22, au suivi des névés dans les monts Dore, à d'éventuels événements neigeux tardifs ou à d'autres événements météos.

A bientôt

Posté par Adm_Fred à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2022

Bulletin du 11 avril 2022

Bonjour,

La première décade d'avril a été marquée par une circulation atmosphérique méridienne caractéristique du printemps, se traduisant par une alternance de coup de froid neigeux (circulation nordique) et de gros redoux (circulation méridionale). Les hautes terres du Massif central ont donc retrouvé une ambiance très hivernale durant les premiers jours d'avril - Ci dessous ambiance blanche dans le secteur de l'Aiguiller:

 

Mais cet épisode a été très éphémère, comme on peut le voir sur le graphique des hauteurs de neige mesurées à Saint-Agrève, où l'on dépasse 50 cm d'épaisseur maximale le 3 avril, soit la valeur maximale de l'hiver, avant la fonte totale dès le 9 avril:

 

Malgré cet épisode neigeux tardif, l'enneigement reste déficitaire sur les plus hauts sommets, comme on le voit ci-dessous sur cette photo à la sortie du val d'Enfer dans les monts Dore. Merci au passage à Didier et ses collègues pour la mesure de neige au jalon à 1700 m sous le Ferrand !

 

La faune sauvage profite de ce temps calme:

 

Dans les autres secteurs de montagne, l'enneigement est proche des normales dans les Alpes du nord et en haute montagne dans les Pyrénées centrales et occidentales. Les dernières chutes de neige ont surtout été profitables à la haute montagne dans les Alpes du nord (cf graphique sommet de Bellecôte en Vanoise ci-dessous). En revanche, l'enneigement est toujours très déficitaire dans les Alpes du sud, les Pyrénées orientales et en Corse.

 

L'ensemble des graphiques climatiques est disponible sur la carte interactive.

 

D'après les modèles météorologiques, aucune chute de neige n'est en vue dans le Massif central à court terme, durant cette semaine.

 

Prochain bulletin vers le 21 avril

 

Posté par Adm_Fred à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2022

Bulletin du 1er avril 2022

Bonjour à tous,

Malgré l'épisode neigeux en cours (photo ci-dessous), l'enneigement est globalement déficitaire sur les hautes terres du Massif central. Au Mont-Dore, ce matin, 10 cm de neige fraîche aux jalons localisés entre 1200 et 1500 m et 100 cm au jalon à 1700 m sous le Ferrand. Le graphique ci-dessous illustre le déficit actuel:

 

A noter que le mois de mars 2022, très doux, s'inscrit dans la continuité des mois de janvier et février (graphique Marcenat ci-dessous):

 

Dans les autres secteurs de montagne, l'enneigement est partout déficitaire, sauf en haute montagne pyrénéenne où les valeurs sont proches des normales voire excédentaires. Le graphique d'Orcières (SW massif des Ecrins) ci-dessous illustre ce déficit:

 

L'ensemble des graphiques climatiques est disponible sur la carte interactive.

 

D'après les modèles météos, les conditions hivernales devraient perdurer jusqu'à lundi dans le Massif central, avant le retour à un flux d'Ouest plus classique et plus doux. Cette nuit et demain, les chutes de neige devraient se poursuivre jusqu'en plaine, Météo-France a placé de nombreux départements en vigilance orange. En altitude, les congères se formeront aisément avec cette neige très légère. Les chutes de neige devraient disparaître progressivement dans la journée de dimanche. Mardi serait une journée de transition annonçant le retour d'un temps relativement doux et humide pour la semaine prochaine.

A confirmer.

Prochain bulletin vers le 11 avril

 

Posté par Adm_Fred à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2022

Episode neigeux remarquable pour la saison attendu en fin de semaine

Bonjour à tous,

Un petit message entre deux bulletins décadaires pour signaler qu'on se dirige vers un épisode neigeux assez consistant pour la saison, à des altitudes relativement faibles, dans le Massif central.

D'après les différents modèles météos, le flux devrait basculer au nord puis au nord-est à partir de la nuit de jeudi à vendredi, drainant un air bien froid pour la saison: cartes ci-dessous des températures vers 1500 m du modèle GFS, ce mardi soir à 19 h et vendredi à 8h.

 

 

Surtout, l'humidité serait au rendez-vous, de telle sorte que des chutes de neige sont attendues, non seulement en altitude, mais aussi temporairement jusqu'en plaine. Ce soir, à la lecture des différents modèles qui ont beaucoup bougé ces derniers jours, on peut résumer ainsi la situation prévue:

- Le froid arrive dans le Massif central dans la nuit de jeudi à vendredi et se prolonge jusqu'à lundi au moins. Durant cette période, les températures devraient osciller entre -4 et -8°C vers 1500 m. Le risque de gelée voire de forte gelée à basse altitude est réel dimanche matin, lundi matin ou plus tard, à la fin de la période froide, en fonction de la nébulosité et du vent. Les arbres fruitiers sont exposés !

- Des chutes de neige relativement abondantes sont probables vendredi et samedi. Les épaisseurs au sol pourraient atteindre voire dépasser 10 cm (localement 20 cm ?), sur la tranche 800 - 1200 m et les sols blanchir dès 400 - 500 m, voire localement plus bas. Evidemment, en raison de l'avancée dans la saison, les cumuls seront plus efficaces dans la nuit de vendredi à samedi. Les secteurs géographiques a priori les plus exposés sont, d'Ouest en Est, le plateau de Millevaches, les monts d'Auvergne, la montagne bourbonnaise, le Forez et le Livradois, Le Pilat, le Mézenc: hauteurs de neige au sol d'après le modèle anglais UKMO samedi matin (attention la maille assez large de 10 km engendre une nette sous-estimation des hauteurs de neige près des sommets):

 

Au-dessus de 1000 - 1200 m, c'est une vraie tempête de neige qui est attendue, notamment samedi avec un vent violent de nord-est propice aux congères. Près des sommets (monts d'Auvergne et du Forez), les cumuls de neige fraîche seraient supérieurs grâce aux chutes plus précoces de jeudi (30 - 40 cm ?), mais le vent devrait entraîner une grande partie de cette neige légère dans les combles et les vallons.

Attention cependant, à échelle fine, les modèles météos peuvent encore bouger, un léger décalage des précipitations vers l'Est atténuerait sensiblement les cumuls dans le Massif central. A suivre en direct...

Prochain bulletin vers le 1er avril

 

Posté par Adm_Fred à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]