Chroniques hivernales dans le Massif central

22 septembre 2018

Changements clim dans le MC: volet 2 - l'évolution contrastée des précipitations

Evolution des précipitations dans le MC entre 1960 et 2010

 

L’évolution des précipitations depuis ces dernières décennies apparaît inégale à l'échelle globale, régionale et locale. Par exemple, sur les cartes mises en ligne par Météo-France pour la période 1959-2009 (source et réalisation Météo-France (http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/climathd), le nord du pays enregistre une hausse des précipitations, à l'inverse, le sud du pays est moins arrosé, en particulier les secteurs soumis au climat méditerranéen. Comme on le voit sur la carte ci-dessous, la ligne de partage entre ces deux tendances opposées traverse le Massif central.

 

 

 

 

 

L'analyse des données dans six stations du Massif central du réseau Météo-France durant la période 1961-2010 confirme ces inégalités spatiales en fonction de la latitude. En effet, alors que les précipitations annuelles augmentent au Mont-Dore de 3,9 % entre 1961-1985 et 1986-2010, soit une valeur de 0,8 % en moyenne par décennie, elles diminuent de 13,6 % au Mont Aigoual, soit une valeur de 2,7 % en moyenne par décennie.

A l'échelle saisonnière, l'hiver et le printemps subissent la baisse la plus marquée dans les monts d'Auvergne, alors qu'au Mont-Aigoual, c'est en été avec une baisse très sévère de 6,9 % en moyenne par décennie ! En revanche, dans l'ensemble des postes étudiés, les précipitations automnales tendent à augmenter, par exemple à Talizat (Cantal), la hausse est de 2,9 % en moyenne par décennie. Au regard des évolutions de chaque station étudiée, on peut supposer d'une part que les précipitations associées aux flux océaniques diminuent, en particulier en hiver, et d'autre part que les précipitations associées aux flux méditerranéns augmentent, en particulier en automne.

Enfin, sur la période décembre – mars propice aux chutes de neige, les précipitations diminuent dans tous les postes étudiés: -0,3 % seulement en moyenne par décennie au Mont-Dore mais -4 % en moyenne par décennie au Mont-Aigoual.

La prise en compte des données récentes, notamment celles de la décennie en cours (2011-2020), permettront d'affiner ces premières analyses qui montrent des évolutions inégales à l'échelle du Massif central.

Sources:

GIEC, 2013. Résumé à l’intention des décideurs, Changements climatiques 2013 : les éléments scientifiques. Contribution du Groupe de travail I au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Sous la dir. de Stocker, T.F., D. Qin, G.-K. Plattner, M. Tignor, S. K. Allen, J. Boschung, A. Nauels, Y. Xia, V. Bex et P.M. Midgley. Cambridge : Cambridge University Press, 27 p.

Planton S., Bopp L., Brun E. et al., 2015. Evolution du climat depuis 1850 [En ligne], La Météorologie, n° 88, février 2015, p. 48-55.

Serre F., 2015. Les singularités du climat et son évolution récente dans le massif des monts Dore et dans la réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy. Rapport d’étude, Pnr des Volcans d’Auvergne, mai 2015, 48 p.

Serre F., 2018. Les changements climatiques dans le Pnr des Volcans d’Auvergne (secteur Cantal) et les impacts sur les loisirs neige. Rapport d’étude, Pnr des Volcans d’Auvergne, août 2018, 43 p.

 

Posté par Adm_Fred à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

Changements clim dans le MC: volet 1 - la hausse des températures

Evolution des températures dans le MC entre 1960 et 2010

D’après les recherches compilées dans les rapports du GIEC (2013), à l’échelle globale, les changements climatiques contemporains se manifestent d’abord par une hausse des températures de surface estimée à 0,85 °C entre 1880 et 2012, dont le rythme s’accélère ces dernières décennies. A l’échelle des montagnes françaises, les travaux de recherche et les rapports d’études, assez nombreux, en particulier pour le massif alpin, confirment cette tendance globale (Bigot S., Rome S., 2010; Lesaffre B., Lejeune Y., Morin S. et al., 2012 ; MEDD – ORNEC, 2006 ; MEDD – ORNEC, 2008 ; Paccard, 2009 ; Planton S., Bopp L., Brun E. et al., 2015). Dans les Alpes, la température moyenne a augmenté à un rythme relativement élevé pendant le XXe siècle (hausse de 0,9 °C), avec une accélération notoire depuis la fin des années 1980.

L'analyse des données de la période 1961-2010 du Mont-Dore, du Claux (nord Cantal) et du sommet du Mont Aigoual fournies par Météo-France montre que l'évolution des températures sur les hautes terres du MC s'inscrit dans cette tendance globale.

 

Dans ces trois postes de référence, la température a augmenté de 1 °C (0,9 à 1,1°C) entre les deux périodes de 25 ans 1961-1985 et 1986-2010, ce qui représente en moyenne une hausse de 0,2 °C par décennie. Le graphique des températures moyennes annuelles du Claux (graphique ci-dessus) montre la nette surreprésentation des années douces depuis le milieu des années 1980 : seules les années 2010 et 1996 sont déficitaires sur la période récente. Le relèvement des températures depuis le milieu des années 1980 apparaît d’autant plus spectaculaire qu’il succède à une période relativement fraiche entre la fin des années 1960 et le début des années 1980. Parallèlement, le nombre moyen de jours de gel est passé de 128 à 110 au Mont-Dore et de 136 à 116 au Claux entre les deux périodes 1961-1985 et 1986-2010.

La hausse des températures est plus sensible en été (0,3 °C en moyenne par décennie pour les trois postes) et au printemps (0,24 °C en moyenne par décennie dans les monts d'Auvergne et 0,34°C au sommet de l'Aigoual). D’ailleurs les gels tardifs se raréfient. Par exemple, au Claux, en juin, alors qu’il gèle une année sur trois sur la période 1961-85, il gèle seulement une année sur dix sur la période 1986-2010. Enfin, l’analyse des données ne montre pas d’évolution notable de la variabilité interannuelle à l’échelle annuelle ou mensuelle.

Sur la période clef pour la pratique des loisirs neige, entre décembre et mars, l’évolution des températures moyennes est proche de la tendance annuelle dans les deux stations. Dans le détail, mars connaît une hausse sensible : 0,35 °C en moyenne par décennie pour les trois postes. En revanche, la hausse est atténuée en janvier, décembre et février : pour février, la hausse est en moyenne de 0,12 à 0,14 °C seulement par décennie dans les trois postes.

Enfin, la hausse des températures est peu sensible en automne, inférieure à 0,1 °C en moyenne par décennie dans les trois postes.

 

Sources:

Bigot S., Rome S., 2010. [En ligne]. Contraintes climatiques dans les Préalpes françaises : évolution récente et conséquences potentielles futures EchoGéo, 2010, 14 [Consulté en juillet 2018]. Disponible sur http://echogeo.revues.org/12160

GIEC, 2013. Résumé à l’intention des décideurs, Changements climatiques 2013 : les éléments scientifiques. Contribution du Groupe de travail I au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Sous la dir. de Stocker, T.F., D. Qin, G.-K. Plattner, M. Tignor, S. K. Allen, J. Boschung, A. Nauels, Y. Xia, V. Bex et P.M. Midgley. Cambridge : Cambridge University Press, 27 p.

Lesaffre B., Lejeune Y., Morin S. et al., 2012. Impact du changement climatique sur l’enneigement de moyenne montagne : l’exemple du site du col de Porte en Chartreuse. In : Association Internationale de Climatologie, les climats régionaux : observation et modélisation, XXVème colloque de l’Association Internationale de Climatologie, Grenoble, 5 au 8 septembre 2012, Sous la dir. de Bigot, S. et Rome, S., AIC, p. 475-480.

MEDD – ONERC, 2006. Recensement des études concernant les effets du climat et du réchauffement climatique sur les espaces de montagne en France métropolitaine, Note technique n °4, Paris, 50 p.

MEDD - ONERC, 2008. Changement climatiques dans les Alpes : impacts et risques naturels. Rapport technique n ° 1 de l’ONERC, Paris, 100 p.

Paccard P., 2009. Réchauffement climatique et ressource neige en domaines skiables. Collection EDYTEM – Cahiers de Géographie, n° 8, p. 181-192.

Planton S., Bopp L., Brun E. et al., 2015. Evolution du climat depuis 1850 [En ligne], La Météorologie, n° 88, février 2015, p. 48-55.

Serre F., 2015. Les singularités du climat et son évolution récente dans le massif des monts Dore et dans la réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy. Rapport d’étude, Pnr des Volcans d’Auvergne, mai 2015, 48 p.

Serre F., 2018. Les changements climatiques dans le Pnr des Volcans d’Auvergne (secteur Cantal) et les impacts sur les loisirs neige. Rapport d’étude, Pnr des Volcans d’Auvergne, août 2018, 43 p.

Posté par Adm_Fred à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2018

Carte interactive de l'enneigement

Notice explicative

La carte interactive - réalisée via l'application "ma carte" proposée par l'IGN - regroupe une 30aine de postes météos. Pour chaque poste, le lecteur a accès aux informations sur l'enneigement et sur les conditons de mesure (cliquer sur le symbole associé à chaque poste pour afficher les informations).

Les postes sont classés en 3 catégories en fonction de la durée des séries de données sur l'enneigement. Les catégories sont présentées sur la carte interactive sous forme de "couches" que l'on peut visualiser ou cacher:
- Couche "Séries courtes" : Données sur les 15 à 20 derniers hivers avec suivi décadaire des niveaux d'enneigement pendant l'hiver en cours dans certains postes
- Couche "Séries normales": Idem séries courtes (selon la disponibilité des données après 2015) et Normale calculée sur les 30 années de la période 1985-2015.
- Couche "Séries longues": idem "Séries normales" (selon la disponibilité des données après 2010) et évolution de l'enneigement sur la période 1960-2010

Pour agrandir la carte et l'afficher dans une autre fenêtre cliquer ici

 

Posté par Adm_Fred à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rentrée 2018: quelques nouveautés dans le blog

Bonjour,

En attendant l'arrivée des premiers flocons, je vous présente quelques nouveautés dans le blog.

D'abord, je vous propose pour septembre une petite synthèse sur les changements climatiques dans le MC en 3 volets : températures, précipitations et enneigement. Le premier volet sera publié la semaine prochaine et les autres les semaines suivantes.

Ensuite, je vous propose une nouvelle version de la carte interactive sur l'enneigement. La finalité est de présenter sur le même document la carte et les graphiques d'évolution d'enneigement, à différentes échelles de temps, pour une 30aine de postes météorologiques: séries courtes avec le suivi de l'enneigement de l'hiver en cours dans quelques postes, séries de 30 ans et enfin longues séries > 30 ans. La carte est présentée plus en détail dans la note suivante.

Bonne soirée

Posté par Adm_Fred à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2018

Bilan hiver 2017-18 (actualisé) : enneigement excédentaire dans le SE du MC

Bonjour,

Si vous préférez les images aux statistiques, une sélection de photos de l'hiver 2017-18 dans le Massif central est accessible via ce lien.

Remarques méthodologiques introductives - D'une part les valeurs "normales" sont calculées ici sur la période 1985-86 - 2014-15, sauf indication contraire. D'autre part "l'hiver" correspond ici au semestre froid, c'est-à-dire à la période qui s'étend entre le 1er novembre et le 30 avril.

L'hiver 2017-18 est frais. Au Mont Aigoual comme au Mont-Dore (bourg) les valeurs moyennes sont déficitaires par rapport aux normales (durée de retour 2 à 4 hiver sur 10). Le graphique ci-dessous permet de positionner l'hiver 2017-18 avec davantage de recul historique depuis 1950. Février en particulier est très froid avec des températures moyennes largement négatives: -4,9°C et -2,2°C respectivement pour les deux stations météorologiques. Depuis 1950, février 2018 se positionne comme l'un des 10 mois de février les plus froids. A l'inverse, janvier et avril se caractérisent par une grande douceur: depuis 1950, avril 2018 arrive en 3ème position au Mont-Dore et en 4ème position au Mont Aigoual.

 

L'hiver 2017-18 est très arrosé, les précipitations sont globalement excédentaires voire très excédentaires (voir carte ci-dessous). Le début d'hiver est très humide à l'Ouest avec des mois de décembre et janvier où l'on enregistre des valeurs supérieures à 300 voire 400 mm dans les monts d'Auvergne (ex 483 mm au Mont-Dore 1200 m, record de janvier depuis l'ouverture de la station en 1991). Il n'avait pas autant plu en janvier, au moins depuis le milieu des années 1980, à Auvers, Aurillac, Deux-Verges, etc. La seconde partie de l'hiver est très arrosée sur la bordure Sud-Est du massif Central, avec, là aussi, des totaux mensuels supérieurs à 300 ou 400 mm en janvier, mars et avril (ex 453 mm à Borne dans le Tanargue en mars).

En valeur absolue, les cumuls des 6 mois de l'hiver dépassent 1000 voire 1500 mm sur les bordures occidentales et orientales: 1675 mm au Mont-Dore 1200 m, 1581 mm à Borne, etc., ce qui positionne 2017-18 parmi les 10 hivers les plus humides depuis 1950 au Mont Aigoual. Les totaux sont compris entre 400 et 700 mm dans les parties internes du massif Central ainsi qu'en position d'abri orographique par rapport aux flux dominants (Margeride, Livradois, etc.)

CarteMC_BilanPrecip_01

 

Les conditions thermiques et pluviométriques expliquent le bon enneigement de l'hiver 2017-18. Entre 1000 et 1200 m d'altitude, on relève en général 50 à 90 jours de neige au sol, des valeurs souvent supérieures aux médianes. Toutefois, les épaisseurs maximales restent assez faibles, proches de 30 cm, sauf sur la bordure Sud-Est, où l'on mesure 65 cm à Loubaresse par exemple en février. Au-dessus de 1200 m d'altitude, on observe en général 100 à 170 jours de neige au sol et les épaisseurs maximales sont souvent supérieures au mètre, 180 cm par exemple dans le Sancy au-dessus de 1500 m. Le graphique ci-dessous illustre la position de l'hiver 2017-18 au Mont-Dore 1200 m par rapport aux hivers précédents.

 

Le graphique d'enneigement du Sancy 1500 m illustre le régime de l'hiver 2017-18: un cumul abondant dès le mois de décembre, une phase de stabilité en janvier et février, une nouvelle phase de croissance fin mars - début avril avant une phase de fonte accélérée en avril.

MD1500 2017-18

 

A l'échelle locale, si les valeurs d'enneigement sont proches des normales au Nord-Ouest du massif Central, les valeurs sont nettement excédentaires dans la partie Sud-Est. Au Mont Aigoual par exemple, l'épaisseur maximale de l'hiver 2017-18 est de 125 cm, contre 70 cm pour la valeur médiane (carte ci-dessous).

CarteMC_BilanNeige_2017-18

 

L'hiver 2017-18 est aussi marqué par des chutes de neige en mai qui prennent un caractère remarquable dans la partie Est du massif Central où l'on relève 30 à 60 cm de neige fraîche au sol au-dessus de 1200-1300 m d'altitude sur l'épisode du 12-13-14 mai (photo du plateau ardéchois - Source Infoclimat @Jean-Jacques).

https://forums.infoclimat.fr/applications/core/interface/imageproxy/imageproxy.php?img=https://nsa39.casimages.com/img/2018/05/13/180513020352367735.jpg&key=88232b325282ffcdaacb1d6c580fdd77858b161afdd6cf0f47948cc84ebe56a2

 

Dans les monts d'Auvergne, ces chutes du mois de mai, qui étonnent toujours, sont en réalité assez banales sur cet épisode (photos du Cézallier ci-dessous).

MD_641aa

MD_563aa

 

Malgré des réserves importantes à la sortie de l'hiver, la fonte des névés est assez rapide entre mai et juillet. En effet, comme souvent ces dernières années, le printemps et le début de l'été sont très doux : à titre d'exemple, avril, juin et juillet 2018 sont dans le top 10 des mois les plus chauds depuis 1950 au sommet du Mont Aigoual. Dans les monts Dore, les dernières traces de neige sont ainsi observées dans la seconde décade de juillet. On dénombre donc 320 jours entre les premières et les dernières neiges au sol, ce qui correspond à la valeur médiane des hivers postérieurs à 2003 dans le massif. La photo ci-dessous correspond au névé du val d'Enfer le 12 juin:

MD_Névés_2018_06_12_a

 

Dans les Alpes et les Pyrénées, 2017-18 est également un hiver bien enneigé comme le montrent clairement les graphiques du col de Porte et de Bellecôte ci-dessous. Le massif de la Vanoise a été privilégié cette année avec des épaisseurs maximales supérieures à 400 cm au-dessus de 3000 m. Depuis le début des années 2000, plusieurs records d'épaisseurs maximales ont ainsi été battus aux balises Nivose de MF comme à Bellecôte, Tignes - le Chevril et les Rochilles (Thabor), probablement aussi à Bonneval-sur-Arc mais la balise ensevelie sous la neige a cessé d'émettre à partir de janvier. Cependant, comme dans le Massif central, malgré de belles réserves en altitude, le printemps et le début d'été chauds ont entraîné une fonte assez rapide du manteau neigeux.

 

Bon été en attendant les premières neiges de l'automne !

 

Posté par Adm_Fred à 18:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]