Bonjour,

L'hiver 2013-14 se caractérise par un bon enneigement en montagne malgré des températures largement excédentaires.

IMG_0592a

Données de cadrage : un hiver doux et irrégulièrement arrosé

La douceur est le trait marquant de cet hiver. Au Mont-Aigoual (1567 m) comme au Mont-Dore (1050 m), les moyennes mensuelles sont largement excédentaires depuis décembre, et sur l'ensemble du semestre froid, l'excédent est proche de 1°C dans les deux postes en comparaison aux moyennes des 30 dernières années. Avril est le mois le plus remarquable: par exemple à l'Aigoual, avril 2013 est le plus doux des 60 dernières années après avril 2007 et avril 2011.

Les précipitations du semestre froid sont proches des normales, sauf dans le Sud-Est où elles accusent un déficit marqué (30 %) d'après les données du Mont-Aigoual. Novembre est un mois très arrosé près des sommets des Monts d'Auvergne avec des valeurs proches de 350 à 400 mm comme au Lioran par exemple. La fin du semestre froid est déficitaire, mars ou avril sont les mois les moins humides selon les secteurs. Par exemple on relève moins de 30 mm en mars dans la zone interne du Massif central comme en Margeride ou dans l'Est du Cantal.

 

L'enneigement au fil de la saison: Un hiver marqué par deux séquences d'enneigement majeures

Les premières chutes de neige touchent les sommets du Massif central en septembre, mais il faut attendre la seconde partie du mois de novembre pour observer le début de l'enneigement durable, le 1er décembre, on dépasse 50 cm au-dessus de 1300 m d'altitude des Monts d'Auvergne au Mézenc (voir graphique ci-dessous). Le névé résiduel de l'hiver 2012-13 dans le Val d'Enfer fait la liaison. Un épisode de pluies verglaçantes les 23 et 24 novembre entraîne des dégâts dans les forêts des Monts Dômes aux Monts du Forez. Les chutes de neige restent faibles entre décembre et la mi-janvier, la neige disparaît à plusieurs reprises à basse altitude comme au Mont-Dore 1200 m par exemple, seuls les plus hauts sommets continuent à cumuler de manière faible. La neige revient en force après la mi-janvier, des chutes fréquentes sont observées jusqu'au début du mois de mars et les hauteurs de neige deviennent alors excédentaires: au Mont-Dore, on dépasse 150 cm à 1500 m et 200 cm à 1700 m. A 1200 m, les hauteurs restent proches de 50 cm entre début février et mi-mars, avec un pic à 95 cm le 5 mars. Les conditions printanières s'installent alors à partir de la mi-mars et se poursuivent durant la presque totalité du mois d'avril. Quelques chutes de neige tardives sont observées en mai, par exemple les 12 et 13 mai où le sol blanchit dès 1200 m sous les averses au Mont-Dore.

 

Bilan: un hiver bien enneigé

Comme l'hiver précédent, 2013-14 se classe comme un hiver bien enneigé au-dessus de 1000 m d'altitude. Sur une période de référence de 30 ans, le nombre de jours de neige au sol est supérieur aux valeurs médianes comme le montre le graphique de Loubaresse (plateau ardéchois) ci-dessous: 63 jours de neige au sol pour une valeur médiane de 37 jours. Les épaisseurs maximales du manteau neigeux sont aussi légèrement supérieures aux médianes. Toujours à Loubaresse, on mesure 48 cm cet hiver pour une valeur médiane de 43 cm.

 

Les Monts d'Auvergne ont été comme souvent privilégiés à l'échelle du Massif central (voir graphique ci-dessous, la taille des carrés est proportionnelle à la hauteur de neige maximale de l'hiver): dans la vallée du Mont-Dore, on enregistre cet hiver plus de 90 jours de neige au sol dès 1050 m, près de 130 jours dès 1200 m d'altitude, 180 jours à 1500 m et 210 jours au jalon à 1700 m en versant Nord du Puy Ferrand. Les épaisseurs maximales ont dépassé 1,5 m à partir de 1300 m, 2 m au-dessus de 1600 m d'altitude. En comparaison, la valeur maximale enregistrée à Saint-Sauveur de Ginestoux au Sud de la Margeride à 1300 m d'altitude dépasse à peine 50 cm, 25 cm à Auvers à 1130 m d'altitude au Nord de la Margeride.

 

Sur une période de référence plus longue, 2013-14 reste un hiver bien enneigé, au moins dans les Monts d'Auvergne. Au Mont-Dore ville, on enregistre 20 jours de plus de neige au sol par rapport à la valeur médiane de la période 1960-61 - 2013-14 (voir graphique ci-dessous):

 

 Dans les Alpes et les Pyrénées

La chronologie est globalement similaire à celle décrite dans le Massif central. Les premières chutes abondantes se produisent dans la seconde moitié de novembre, on dépasse par exemple 1,5 m à Bellecôte à 3000 m en Vanoise le 21 novembre. Ce premier assault de l'hiver est suivi d'une période calme jusqu'à la fin du mois de janvier: l'enneigement devient déficitaire à basse altitude comme au col de Porte (Chartreuse) où les hauteurs de neige oscillent entre 20 et 30 cm aux mois de décembre et janvier. Puis les chutes deviennent de nouveau abondantes et le manteau neigeux s'accroît jusqu'au début du mois de mars, en particulier dans les Pyrénées et les Alpes du Sud: on atteint alors près de 3 m dans le Mercantour et dans les Pyrénées au-dessus de 2000 m. La fonte printanière est assez rapide à partir de la fin du mois de mars et surtout au mois d'avril sauf en haute montagne. Au final, à l'échelle des 10 derniers hivers, 2013-14 apparaît globalement comme un hiver excédentaire sauf au-dessous de 2000 m dans les Alpes du Nord.

Il faudra attendre encore quelques semaines ou quelques mois pour dresser un bilan définitif en haute montagne.

En attendant l'hiver prochain, les dernières chutes (?) du 23 mai...

IMG_0727a

Cliquer ici pour les photos de l'hiver 2013-14

Bonne soirée