Bonjour,

Comme prévu, la grande douceur persiste sur l'ensemble de l'Europe occidentale et en France. Dans ces conditions, le déficit d'enneigement s'aggrave, je n'ai jamais présenté une carte aussi rouge ! Seuls les postes localisés au-dessus de 2200 m sont encore relativement bien enneigés. Au col de Porte où l'on dispose d'une série de mesures depuis 1960, la situation du 21 décembre 2015 (moins de 5 cm au sol) s'observe une fois tous les 15 ans en moyenne, mais la situation était similaire en décembre 2014 : 2 hivers consécutifs aussi mal enneigés un 21 décembre, c'est une première depuis 1960 !

Dans le Massif Central, il reste uniquement quelques plaques résiduelles de neige naturelle au-dessus de 1400 - 1500 m. C'est la première fois depuis le début des mesures (2003-04) qu'il n'y plus d'enneigement continu sous le Puy Ferrand à 1700 m (Monts Dore) un 21 décembre. Les stations de ski ont toutefois tenté d'ouvrir une ou deux pistes avec la neige à canons fabriquée fin novembre (photo de Super-Besse le 20/12) : 

IMG_0079a

 

La situation atmosphérique semble figée. A l'échelle de l'hémisphère Nord, le flux zonal (# flux méridien) est dominant aux moyennes latitudes sous l'influence du courant jet (= puissants vents d'altitude à dominante Ouest qui séparent les hautes et les moyennes latitudes). On note simplement une perturbation du courant jet au niveau de l'Europe occidentale, où la branche principale du jet est déviée vers le Nord, en lien avec la présence de hautes pressions d'origine subtropicale (carte du jet stream vers 9 000 m d'altitude à l'échelle de l'hémisphère Nord):

20151221_Jet stream

Le froid est donc confiné aux hautes latitudes et l'Europe occidentale reste baignée par l'air doux associé aux hautes pressions subtropicales (carte des températures vers 1500 m à l'échelle de l'hémisphère Nord) :

20151221_Temp850hPa

 

Donc pour te répondre Laurent, c'est d'abord la situation atmosphérique actuelle (flux de sud-ouest dominant) qui explique les excès thermiques en France et en Europe occidentale. Mais dans un contexte de réchauffement climatique et de fort El Nino, on atteint des valeurs proches des records (attendre la fin du mois de décembre pour faire un bilan). Pour prolonger ta remarque, d'une manière plus générale, la baisse de l'albédo est bien un facteur accélérateur du réchauffement aux hautes latitudes dans l'hémisphère Nord (réduction de la surface de la banquise, baisse des surfaces englacées et enneigées, etc.). Et par conséquent, les potentiels d'invasion d'air froid aux moyennes latitudes se réduisent au fil des ans...

Pour en savoir plus (notamment sur les conséquences d'El Nino à l'échelle de la planète) et pour les prévisions saisonnières en France, vous pouvez consulter la mise à jour de Météo-France : je déconseille la lecture à ceux qui attendent la neige ;-)

Pour revenir sur le court / moyen terme, quelques signaux de légers changements de circulation atmosphérique apparaissent pour la toute fin 2015 / début 2016. Mais c'est loin, fragile et les modèles sont loin d'être unanimes. Mirage des modélisations ou vrai changement en vue, à suivre...

Prochain bulletin vers le 1et / 2 janvier.

Bonne soirée.