Bonjour,

2015 se termine avec un mois de décembre totalement hors norme sur le plan climatique à l'échelle de l'Europe occidentale et de la France : très doux, très ensoleillé, peu arrosé et très faiblement enneigé. Dans le Massif central, les données du sommet du Mont Aigoual sont éloquentes : 3 jours de gel seulement, une température moyenne supérieure d'environ 4,4°C par rapport à la moyenne des 30 dernières années. Inutile de préciser que les records sont pulvérisés, celui de 1987 pour les températures moyennes ainsi que les 14 jours de gel de 1971 (période de référence 1950-2015) ! Les sommets ont souvent été baignés par l'air doux d'origine tropicale: 9 jours de gel seulement à la station du Sancy à 1660 m contre 13 jours en fond de vallée à la Bourboule à 850 m d'altitude seulement. Le déficit pluviométrique est sévère notamment dans les Monts d'Auvergne, à Aurillac par exemple, moins de 20 mm durant le mois alors que la moyenne de décembre est proche de 100 mm. Pour les phénomènes neigeux, on peut noter que c'est la première fois qu'on observe un mois de décembre sans aucune chute dans certains postes météos comme le Mont-Dore ou Auvers, depuis le début des observations régulières, au début des années 60.

Dans ces conditions, l'enneigement reste très déficitaire ce 1er janvier dans tous les massifs: carte interactive et graphiques. Dans le Massif central, on trouve seulement quelques plaques résiduelles au-dessus de 1400 m environ et la chute de neige du 31 décembre a seulement laissé un léger saupoudrage sur les sommets (photo du Sancy ci-dessous). Dans les Alpes et les Pyrénées, d'après les données de Météo-France, il faut monter au-dessus de 2000 m pour retrouver la neige naturelle. En moyenne montagne, la disette se poursuit: plus de neige au sol à l'observatoire du col de Porte (Chartreuse) ce 1er janvier, une situation qui se produit une année sur treize en moyenne (calculs sur la période 1960 - 2015).

IMG_0147a

 

Les conditions de circulation atmosphériques ont bien évolué. C'est désormais un flux classique d'Ouest, doux, humide et venté qui devrait s'installer sur la France. Sur la carte prévue pour jeudi prochain ci-dessous (modèle GFS), on distingue clairement les zones de basses pressions situées entre l'Islande et la Scandinavie, les zones de hautes pressions entre les Açores et le Maghreb, et le flux d'Ouest quasi rectiligne entre les deux centres d'action (un véritable cas d'école). Les isobares (courbes en blanc) resserées indiquent que le courant sera rapide.

20160107

C'est donc un changement radical de temps qui attend nos montagnes, avec une succession de passages pluvio-neigeux qui devraient intéresser les différents massifs dès ce week-end ainsi que toute la semaine prochaine. Dans le Massif central, la limite pluie-neige très fluctuante serait souvent assez haute en altitude. Il existe toutefois encore quelques divergences entre les modèles, même à de courtes échéances: sur Arpège, modèle à maille fine développé par Météo-France, presque tout passe en neige dimanche et lundi sur les plus hauts sommets du Massif central, alors que sur GFS, une partie non négligeable passerait sous forme liquide. On peut toutefois envisager un cumul de neige significatif au-dessus de 1500 m la semaine prochaine. Mercredi pourrait être un bon créneau pour sortir les skis puisque l'isotherme 0°C ne serait pas trop haut (vers 1400 m) pendant 2 jours successifs. Enfin, dans ce flux d'Ouest, les massifs occidentaux comme les Monts d'Auvergne devraient recevoir des précipitations bien plus abondantes que ceux de l'intérieur et de la façade orientale.

A moyen terme, on baculerait progressivement dans un flux de sud-ouest un peu plus doux, mais c'est à confirmer comme toujours.

A priori, prochain bulletin vers le 11 janvier + sans doute un bilan de l'année 2015 vers la mi-janvier.

Meilleurs voeux pour 2016 !

Bonne soirée