Bonjour,

En termes de bilan, novembre 2016 apparaît globalement comme un mois doux, humide et venté sur les hautes terres du Massif central. Pour les températures, même si l'on est loin des niveaux mesurés pendant les mois de novembre 2014 et 2015, on note un excédent de 0,5°C à 1°C par rapport aux moyennes. Pour le vent, les vitesses ont fréquemment dépassé 90 km/h sur les crêtes. Quant à l'excédent des précipitations, il a touché essentiellement la bordure orientale: près de 450 mm ont été relevés par exemple au sommet du Mont-Aigoual, pour une normale proche de 280 mm.

Ces forts cumuls de précipitations sont associés en particulier à un épisode méditerranéen majeur qui a touché le pays entre le 20 et le 24 novembre. Les valeurs recueillies ont souvent dépassé 300 mm durant ces 5 jours, avec des pointes supérieures à 500 mm dans les secteurs du MC les plus arrosés comme le Tanargue. En parallèle, le vent à soufflé violemment durant toute la période: par exemple au sommet du Mont-Aigoual, la vitesse maximale a atteint 167 km/h. En marge des régions méditerrannéennes, on a relevé également 148 km/h au pied du Puy de Sancy, soit la valeur maximale depuis qu'on a installé la station météo en novembre 2014, ainsi que 206 km/h au sommet de la Croix de Chamrousse (2250 m d'altitude) à proximité de Grenoble. Comme prévu, la neige est tombée en abondance uniquement en haute montagne, dans les Alpes frontalières avec l'Italie. La haute Maurienne semble avoir été privilégiée avec par exemple près de 2 m de neige cumulés en deux jours à la balise Nivose de Bonneval-sur-Arc localisée à 2700 m (graphique ci-dessous, source Météo-France). Météo-France, dans ses bulletins d'avalanche, évoque le "caractère exceptionnel" de ces chutes de neige. A priori, les secteurs du Mont Viso et du Grand Paradis en Italie ont reçu des abats neigeux encore plus abondants.

Bonneval_Nov

 

Suite à ce violent redoux en moyenne montagne, la neige naturelle ne subsiste aujourd'hui que sous forme de rares plaques et congères résiduelles près des sommets du Massif central (photo ci-dessous - Monts Dore - Fontaine Salée). Si l'absence de neige vers 1200 m début décembre est assez banale (un hiver sur deux schématiquement), le phénomène est moins fréquent près des sommets (2 hivers sur 7 à 1700 m seulement dans les Monts Dore).

 

IMG_0900aa

Ailleurs, comme le montre la carte du suivi d'enneigement, ce sont les Alpes du Nord et frontalières qui sont privilégiées, avec des valeurs très élevées pour la saison dans les Ecrins et à l'Est de la Vanoise, comme on le voit sur le graphique de la balise Nivose MF des Ecrins à 3000 m d'altitude ci-dessous. A l'inverse, l'enneigement est très faible au-dessous de 1800 m à 2000 m d'altitude (voir l'ensemble des graphiques).

 

D'après les modèles météorologiques, l'Europe occidentale et la France resteraient sous l'influence dominante des hautes pressions tropicales pendant une semaine au moins. Dans ces conditions, c'est la douceur accompagnée le plus souvent d'un temps sec (à l'exception de quelques incursions humides méditerranéennes) qui devraient dominer pour les jours à venir. En d'autres termes, aucune chute de neige n'est prévue en moyenne montagne à échéance raisonnable (< 10 jours). Pour les stations de ski, la production de neige sera compliquée voire impossible faute de froid en altitude. Une fenêtre météo est ouverte vers le 10 décembre pour un changement éventuel des conditions de circulation atmosphérique, avec une reprise timide du flux océanique, mais il faudra patienter encore quelques jours pour confirmer ou pas cette tendance. 

Prochain bulletin vers le 11-12 décembre.

Bonne soirée