Bonjour,

A l'image des années passées, 2016 se caractérise par des températures très élevées. D'abord, à l'échelle de la planète, l'année 2016 est la plus chaude enregistrée depuis la fin du XIXe s (source et article de l'OMM). Sans atteindre de record, 2016 est également une année chaude à l'échelle de la France (source et article MF).

IMG_0380a

A l'échelle du Massif central, les températures moyennes de 2016 sont également très élevées: depuis 1950, 2016 se positionne au 8ème rang des années les plus chaudes au Mont-Aigoual (graphique ci-dessous), au 13ème rang au Mont-Dore. Les mois d'août, septembre et décembre ont été particulièrement chauds. Parmi les valeurs remarquables, on note que la température n'est pas descendue au-dessous de -10°C en altitude, ni à la station du Sancy à 1660 m, ni à celle du sommet de l'Aigoual à 1567 m.

 

En 2016, les précipitations sont globalement excédentaires dans le MC (voir carte ci-dessous). Dans le détail, on peut opposer la première partie de l'année très arrosée et le seconde partie de l'année très déficitaire. Par exemple, on enregistre 4 records mensuels depuis le début des mesures en 1991 à la station du Mont-Dore 1200, un maxima supérieur à 450 mm en janvier et trois minimas en juillet, aôut et décembre.

CarteMC_BilanPrecip_2016

 

A l'échelle mensuelle, août et décembre 2016 apparaissent comme les mois les plus excessifs de l'année en termes de chaleur et de déficit pluviométrique.

 

La vitesse maximale du vent enregistrée à l'Aigoual en février dépasse 180 km/h (valeur observée une année sur 3 environ). Pour la jeune station du Sancy, le nouveau record de 148 km/h a été établi en novembre (série lacunaire en raison des limites des instruments de mesure, notamment en période de givre).

 

Bonne soirée.