Bonjour,

Remarques méthodologiques introductives - D'une part les valeurs "normales" sont calculées ici sur la période 1984-85 - 2014-15, sauf indication contraire. D'autre part "l'hiver" correspond ici au semestre froid, c'est-à-dire à la période qui s'étend entre le 1er novembre et le 30 avril.

L'hiver 2016-17 se caractérise d'abord par une grande douceur sur les hautes terres du Massif central. En effet, depuis 1950, l'hiver 2016-17 est le plus doux enregistré après 2006-07 au sommet du Mont Aigoual, comme le montre le graphique ci-dessous. Sur ce graphique, les hivers dont les T sont au-dessus de la médiane sont représentés en rouge, les hivers dont les T sont au-dessous de la médiane en bleu. On note clairement la concentration des hivers doux depuis le milieu des années 1980. Au Mont-Dore (bourg), 2016-17 est le 4ème hiver le plus doux depuis 1950, un peu plus haut en altitude, à 1200 m, 2016-17 est l'hiver le plus doux depuis le début des mesures en 1991.

Si l'on compare les valeurs de 2016-17 aux valeurs normales, l'excès thermique est de 1,5°C au sommet de l'Aigoual et de 0,9°C au bourg du Mont-Dore. Enfin, à l'échelle mensuelle, seul le mois de janvier est frais au Mont Aigoual voire froid au bourg du Mont-Dore (10ème mois de janvier le plus froid depuis 1950). A l'inverse, mars 2017 et décembre 2016 sont particulièrement doux : au sommet du Mont-Aigoual, depuis 1950, décembre 2016 est le deuxième mois de décembre le plus doux, mars 2017 est en cinquième position.

 

En termes de précipitations, le bilan est contrasté. La carte ci-dessous montre une coupure nette entre d'une part l'ouest du Massif central, où les précipitations sont très déficitaires, et d'autre part l'est et la partie médiane du Massif central, où les volumes sont excédentaires. En valeur absolue, les 1000 mm sont dépassés uniquement sur la bordure sud-est du Massif central.

CarteMC_BilanPrecip_2016_17

A l'échelle mensuelle, novembre, février et mars sont excédentaires, décembre, janvier et avril sont déficitaires. Parmi les valeurs remarquables, on peut citer les 28,5 mm mesurés au Mont-Dore (bourg) en décembre 2016, 3ème valeur la plus faible mesurée depuis 1950, après décembre 2015 et décembre 1963. Un peut plus haut en altitude, au Mont-Dore 1200 m, on relève seulement 22,4 mm, soit la valeur la plus faible depuis le début des mesures en 1991.

 

Plusieurs coups de vent ont été observés durant l'hiver avec des rafales supérieures à 150 km/h au pied du Sancy (valeur record de la jeune station Infoclimat) et 180 km/h au sommet du Mont Aigoual en mars 2017.

 

Dans ce contexte, l'enneigement est globalement déficitaire, sauf dans la partie orientale du Massif central (carte ci-dessous).

CarteMC_BilanNeige_01

Durant l'hiver 2016-17, on relève en général 40 à 60 jours de neige au sol entre 1000 m et 1200 m, des valeurs inférieures de 15 à 30 jours aux Normales. Certains secteurs ont été particulièrement défavorisés comme l'Aubrac et la Margeride: à Laguiole on relève seulement 22 jours de neige au sol, alors que la Normale est de 45 jours, à St-Sauveur de Ginextoux 50 jours de neige au sol en 2016-17 contre 75 jours pour la Normale.

Les épaisseurs maximales sont restées modestes en général. Entre 1000 m et 1200 m, les épaisseurs sont souvent restées inférieures à 30 cm, sauf sur la bordure orientale où les épaisseurs ont dépassé 50 cm voire 1 m à la faveur d'un épisode méditerranéen fin janvier (110 cm mesurés à Loubaresse par exemple).

En complément du bilan conduit à l'échelle du Massif central, les données disponibles permettent de réaliser une analyse plus fine à l'échelle des monts Dore. Dans ce massif, on constate en premier lieu que le déficit d'enneigement se confirme quand on raisonne sur un période plus étendue. Le graphique ci-dessous permet de comparer l'hiver 2016-17 aux hivers disponibles depuis le début des années 1960 dans le bourg du Mont-Dore, les hivers excédentaires apparaissent en couleur bleue , les hivers déficitaires en couleur rouge.

 

Le déficit est plus marqué en altitude. A 1200 m par exemple, l'hiver 2016-17 apparaît comme l'un des moins enneigés (avec 2010-11, 2006-07 et 2001-02) depuis 1999-2000. Le graphique ci-dessous illustre l'enneigement de chaque hiver de la période selon trois critères : le nombre de jours de neige au sol, le nombre de jours de chutes de neige et l'épaisseur maximale du manteau neigeux.

 

L'enneigement est resté déficitaire durant quasiment toute la saison froide comme le montre le graphique ci-dessous (enneigement à 1500 m dans les monts Dore) :

GraphiqueMD1500

Si des chutes de neige assez abondantes ont permis d'enneiger le massif assez tôt durant la première décade de novembre, le redoux qui a suivi a entraîné la disparition du manteau neigeux pendant une grande partie du mois de décembre. Il faudra attendre début janvier pour une installation durable du manteau neigeux, avant une fonte précoce fin mars. La neige est ensuite revenue sur les sommets du Massif central à la fin du mois d'avril et durant le mois de mai (photo du massif des monts Dore du 3 mai ci-dessous - Vue depuis les Combrailles)

IMG_0713aa

 

Au final, la faiblesse de l'enneigement 2016-17 a pénalisé une nouvelle fois l'activité ski dans une grande partie du Massif central: la photo ci-dessous montre la situation de la station du Mont-Dore à la fin du mois de février :

IMG_0090a

 

L'hiver est résumé en photos ici - Galerie Hiver MC / Hiver 2016-17

 

A venir dans les prochaines semaines:

1/ L'album photo de l'hiver à compléter avec les derniers clichés de fin avril - début mai

2/ Des infos sur le rythme de disparition des derniers névés dans les monts Dore

3/ Le bilan de l'enneigement dans les Alpes et Pyrénées

 

Bonne soirée