Bonjour,

Si vous préférez les images aux statistiques, une sélection de photos de l'hiver 2017-18 dans le Massif central est accessible via ce lien.

Remarques méthodologiques introductives - D'une part les valeurs "normales" sont calculées ici sur la période 1985-86 - 2014-15, sauf indication contraire. D'autre part "l'hiver" correspond ici au semestre froid, c'est-à-dire à la période qui s'étend entre le 1er novembre et le 30 avril.

L'hiver 2017-18 est frais. Au Mont Aigoual comme au Mont-Dore (bourg) les valeurs moyennes sont déficitaires par rapport aux normales (durée de retour 2 à 4 hiver sur 10). Le graphique ci-dessous permet de positionner l'hiver 2017-18 avec davantage de recul historique depuis 1950. Février en particulier est très froid avec des températures moyennes largement négatives: -4,9°C et -2,2°C respectivement pour les deux stations météorologiques. Depuis 1950, février 2018 se positionne comme l'un des 10 mois de février les plus froids. A l'inverse, janvier et avril se caractérisent par une grande douceur: depuis 1950, avril 2018 arrive en 3ème position au Mont-Dore et en 4ème position au Mont Aigoual.

 

L'hiver 2017-18 est très arrosé, les précipitations sont globalement excédentaires voire très excédentaires (voir carte ci-dessous). Le début d'hiver est très humide à l'Ouest avec des mois de décembre et janvier où l'on enregistre des valeurs supérieures à 300 voire 400 mm dans les monts d'Auvergne (ex 483 mm au Mont-Dore 1200 m, record de janvier depuis l'ouverture de la station en 1991). Il n'avait pas autant plu en janvier, au moins depuis le milieu des années 1980, à Auvers, Aurillac, Deux-Verges, etc. La seconde partie de l'hiver est très arrosée sur la bordure Sud-Est du massif Central, avec, là aussi, des totaux mensuels supérieurs à 300 ou 400 mm en janvier, mars et avril (ex 453 mm à Borne dans le Tanargue en mars).

En valeur absolue, les cumuls des 6 mois de l'hiver dépassent 1000 voire 1500 mm sur les bordures occidentales et orientales: 1675 mm au Mont-Dore 1200 m, 1581 mm à Borne, etc., ce qui positionne 2017-18 parmi les 10 hivers les plus humides depuis 1950 au Mont Aigoual. Les totaux sont compris entre 400 et 700 mm dans les parties internes du massif Central ainsi qu'en position d'abri orographique par rapport aux flux dominants (Margeride, Livradois, etc.)

CarteMC_BilanPrecip_01

 

Les conditions thermiques et pluviométriques expliquent le bon enneigement de l'hiver 2017-18. Entre 1000 et 1200 m d'altitude, on relève en général 50 à 90 jours de neige au sol, des valeurs souvent supérieures aux médianes. Toutefois, les épaisseurs maximales restent assez faibles, proches de 30 cm, sauf sur la bordure Sud-Est, où l'on mesure 65 cm à Loubaresse par exemple en février. Au-dessus de 1200 m d'altitude, on observe en général 100 à 170 jours de neige au sol et les épaisseurs maximales sont souvent supérieures au mètre, 180 cm par exemple dans le Sancy au-dessus de 1500 m. Le graphique ci-dessous illustre la position de l'hiver 2017-18 au Mont-Dore 1200 m par rapport aux hivers précédents.

 

Le graphique d'enneigement du Sancy 1500 m illustre le régime de l'hiver 2017-18: un cumul abondant dès le mois de décembre, une phase de stabilité en janvier et février, une nouvelle phase de croissance fin mars - début avril avant une phase de fonte accélérée en avril.

MD1500 2017-18

 

A l'échelle locale, si les valeurs d'enneigement sont proches des normales au Nord-Ouest du massif Central, les valeurs sont nettement excédentaires dans la partie Sud-Est. Au Mont Aigoual par exemple, l'épaisseur maximale de l'hiver 2017-18 est de 125 cm, contre 70 cm pour la valeur médiane (carte ci-dessous).

CarteMC_BilanNeige_2017-18

 

L'hiver 2017-18 est aussi marqué par des chutes de neige en mai qui prennent un caractère remarquable dans la partie Est du massif Central où l'on relève 30 à 60 cm de neige fraîche au sol au-dessus de 1200-1300 m d'altitude sur l'épisode du 12-13-14 mai (photo du plateau ardéchois - Source Infoclimat @Jean-Jacques).

https://forums.infoclimat.fr/applications/core/interface/imageproxy/imageproxy.php?img=https://nsa39.casimages.com/img/2018/05/13/180513020352367735.jpg&key=88232b325282ffcdaacb1d6c580fdd77858b161afdd6cf0f47948cc84ebe56a2

 

Dans les monts d'Auvergne, ces chutes du mois de mai, qui étonnent toujours, sont en réalité assez banales sur cet épisode (photos du Cézallier ci-dessous).

MD_641aa

MD_563aa

 

Malgré des réserves importantes à la sortie de l'hiver, la fonte des névés est assez rapide entre mai et juillet. En effet, comme souvent ces dernières années, le printemps et le début de l'été sont très doux : à titre d'exemple, avril, juin et juillet 2018 sont dans le top 10 des mois les plus chauds depuis 1950 au sommet du Mont Aigoual. Dans les monts Dore, les dernières traces de neige sont ainsi observées dans la seconde décade de juillet. On dénombre donc 320 jours entre les premières et les dernières neiges au sol, ce qui correspond à la valeur médiane des hivers postérieurs à 2003 dans le massif. La photo ci-dessous correspond au névé du val d'Enfer le 12 juin:

MD_Névés_2018_06_12_a

 

Dans les Alpes et les Pyrénées, 2017-18 est également un hiver bien enneigé comme le montrent clairement les graphiques du col de Porte et de Bellecôte ci-dessous. Le massif de la Vanoise a été privilégié cette année avec des épaisseurs maximales supérieures à 400 cm au-dessus de 3000 m. Depuis le début des années 2000, plusieurs records d'épaisseurs maximales ont ainsi été battus aux balises Nivose de MF comme à Bellecôte, Tignes - le Chevril et les Rochilles (Thabor), probablement aussi à Bonneval-sur-Arc mais la balise ensevelie sous la neige a cessé d'émettre à partir de janvier. Cependant, comme dans le Massif central, malgré de belles réserves en altitude, le printemps et le début d'été chauds ont entraîné une fonte assez rapide du manteau neigeux.

 

Bon été en attendant les premières neiges de l'automne !