Bonjour,

Premier bulletin du semestre froid. Cette année est un peu particulière, puisqu'on commence un nouvel hiver alors que les témoignages de l'hiver précédent sont encore présents dans les Monts Dore, avec le névé du Val d'Enfer (photo du 31 octobre) :

IMG_0697a

Je ferai un récapitulatif plus complet sur la persisitance remarquable du névé malgré un début d'automne doux et assez humide, une fois qu'il aura définitivement disparu, sans doute dans les jours à venir.

Les crêtes des Monts d'Auvergne ont blanchi à plusieurs reprises durant le mois d'octobre, mais pour l'instant, à l'échelle des massifs français, il faut monter en haute montagne, au-dessus de 3000 m environ, pour trouver des hauteurs de neige significatives. On notera les 1,8 m à la balise de Saleina dans le massif du Mont-Blanc (à 3000 m): cette hauteur remarquable s'explique par la persistance de la neige de l'hiver dernier: à l'échelle des relevés décadaires, on est descendu au plus bas à 95 cm le 11 septembre, ce qui signifie un cumul proche d'un mètre depuis cette date.

Pour les jours à venir, nous restons en flux d'Ouest. Dans ces conditions, la haute montagne devrait continuer à se charger progressivement à des altitudes un peu plus basses. Dans le Massif central, de faibles chutes de neige sont probables sur les crêtes entre les épisodes pluvieux, comme dimanche qui vient. Les deux modèles phares (GFS et CEP) prévoient ce soir un refroidissement un peu plus sensible pour le 10-11 novembre, mais c'est loin, donc fragile.